dimanche 5 juillet 2009

Bidon le Blum !

Ecouter deux heures de Reggae sur RTL était soit disant « heureusement enfin possible » Samedi dernier, dans l’émission de Laurent Boyer, qui interviewait par téléphone des personalités comme Jérome Laperrousaz (qui « promène sa caméra depuis trente ans en Jamaïque » a-t-il dit, on se demande ce qu’il a fait des bobines entre Prisoner in the street et Made in Jamaica …) Alpha blondy, ou le chanteur des Sensé (qui regrettait la sous-médiatisation du genre, c’est vrai qu’il a raison, surtout lorsqu’on a entendu les sélections proposés ici – Police, Cookie Dingler, Stevie Wonder, et Bob Marley – on avait juste envie qu’il en dise un peu plus et cite au moins les Abyssinians, Augustus Pablo, U-Roy, Sizzla et King Tubby, jamais mentionné en deux heures d’émission consacré à un courant musical qui peine encore à être identifié en France aujourd’hui). Cette longue parenthèse ne sert pas à grand-chose car l’invité principal considère surement avoir été à la hauteur : On l’avait quitté assez imbibé il y a quelques années sur la scène du Jasound à Lézan, à abrutir le public de ses plaisanteries grotesques, Bruno Blum était ce Samedi invité comme LE biographe du Reggae. Et quand on lui demande ce que c’est, il s’empresse de répondre « la Jamaïque est pas loin de la Floride vous savez, c’est juste de la musique américaine, avec quelque chose en plus ! ». Jusque dans les anecdotes choisies, tout relevait de la non-vérité et du non-sens le plus complet… Un dernier exemple : Je t’aime moi non plus a été repris en reggae par deux trois artistes féminines en Jamaïque en 70 (sic !), il vous assure en posséder les 45 tours ! Et comme cela, tout à l’avenant, pendant deux heures. On ne comprend pas comment une telle émission est encore possible aujourd’hui, pourquoi tous ces « blancs » déforment l’histoire, en soulignant très souvent que les noirs qui l’ont créé ont été privé de leur liberté d’expression, et que cette musique d’espoir est née dans le ghetto, ce qui est (là au moins) une Vérité dite et redite, mais jamais illustré ou développé ici de la bonne manière ! Après cela, l’envie d’un Droit de réponse, d’un boycott des ce genre d’ondes FM, ou la décision de fermer mon blog à tout jamais m’est passé par la tête. En effet, cette musique est bien la seule qui reste incomprise, stéréotypée et sans cesse pillée, au point de me sentir son seul défenseur sur cette terre ! Ceux qui la chérissent savent de quoi je parle, ceux qui veulent la découvrir auront du mal à se faire une bonne idée, s’ils écoutent ce genre de bêtises, et si ils lisent un bouquin de Sieur Blum. Qu’il soit aussi consternant n’est pas grave mais quand on le présente comme le je sais tout du mouvement, là, il y a de quoi se questionner… Ne mettez jamais dans vos mains un de ces bouquins, aller plutôt lire "Bass Culture", et supporte le mouvement, car il a de la peine à être représenté aujourd'hui dans les médias, sur le net, et dans les rayons des disquaires ! Et puisque cet homme en profite pour mettre en valeur ses affabulations (cd, livre, et Live), rappelons ici que vous pouvez vous procurer un bien meilleur ouvrage, en Français, les 100 essentiels du Reggae, en m'envoyant un mail (x-ray@neuf.fr) et en payant la modeste somme d'une dizaine d'euros... Ils sont aussi en dépot à Plan B et Lollipop (disquaires marseillais) et dans une bien belle "Ti Boutik" à l'angle de la rue Pastoret et du Cours Julien, qui vent des délices créoles et autres voluptés des Caraïbes : C'est nouveau, alors qu'on se le dise !