mercredi 6 mai 2009

Aubaines à Aubagne

Remontons le cours de l’Ubelka, l'autre nom ancien de notre fleuve de l’Huveaune, et un des titres du prochain album de Jo Corbeau (qui paraîtra sous peu - ou hors d’œuvre- rassurez-vous) et allons cueillir les moissons musicales que toute l’équipe de l’Escale Saint Michel défriche sans relâche…

Un printemps à Aubagne, c’est l’occasion pour les consciences rebelles de tout bord de s’exprimer sur des genres peu programmés dans la cité marseillaise. Slam, Reggae hollandais (Ziggi a été un franc succès), et surtout la soirée du RAMA (Rassemblement d’Artistes) qui a proposé de s’interroger sur l’avenir de la création avant de présenter Boa Fé (avec le chanteur des Sons of Gaïa, qui sortent leur cd ce moi-ci) ou l’ancien lead de Supa kémia rebaptisé Tony Tonda. Orchestrés depuis 2001 par Nomades Kultur, toute une pépinière d’artistes a été irriguée ici, de Kabbaroots à Kabbalah (découverte Printemps de Bourges 2009), avec Leute cette saison. On y retrouve ces trois lauréats dans la programmation printanière de la MJC, pour les deux derniers ensemble (soirée gratuite du 15 Mai) et pour le Kabbaroots, toute la nuit du lendemain, une confrontation amicale avec 4 sound-systems de la région, sélections musicales jugées à l’applaudimètre. Ce sound aubagnais est né de la rencontre de jeunes avec les ainés rastas de la Mystic Revelation of Rastafari lors de leur concert à Valence, puis de leur passion commune pour le Reggae qui les a amené à collectionner les vinyls qu’ils trouvaient à Disc’Over, le Reggae Shop de Marseille, puis à les passer lors de soirées. Dans le plus pur esprit du Dancehall Clash jamaïcain, ils arbitreront ce 16 MAI de 21h à 4h00 du mat’ un match entre DJ selecta, qui se finira en Dub Fi Dub..
La MJC organise aussi des anniversaires, comme les vingt ans du Fair (28 artistes partout en France jusqu’au 21 Juin à Paris) le 27 Mai avec Watchaclan, le seul groupe de la Région à vendre des cd… à l’étranger. Aujourd’hui de vrais pros, ils ont consigné leur dernier album à la table des plus fins remixeurs pour un faux blind test, et la couleur de leur prestation live est très attendue, entouré des réunionnais de Zong et du DJ Danton Eeprom, tous touchés par les senteurs nomades récoltées aux quatre coins du monde. Comme quoi, il n’y a pas que les santons qui s’exportent, aller la bas, c'est comme se mettre au vert à la Campagne, d'autant que la ville se tourne vers le monde en musique, et les jeunes pousses auront vite fait de faire de l’ombre au Public marseillais qui n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent et fait la sieste depuis la fermeture définitive du Balthazar, et celle pour travaux du Moulin!…