jeudi 18 juin 2009

itinéraires de festivaliers gatés !

A Marseille, on commence les festivités avant les autres !

Sept Lieux à visiter sans ses bottes, un condensé de ce qui vous attend dans la région, dès le début de l'été...

1°) Une nappe musicale reggae dans tout le quartier…

Ce pique-nique en famille ou chaque artiste partageait … son panier a bien changé ! Après pas mal d’émotions, de déroutes ou d’annulations, ses ruelles étroites offrent désormais un rendez-vous festif organisé. Recadré autour de deux dates – assez discutables - les 20 et 21 Juin, le Panier peut se targuer de posséder dorénavant la plus belle Fête de la Musique de la ville : Programmer Macka B après Mad Professor l’an dernier (le premier a été le chanteur attitré du second pendant 20 ans) ou U-Roy il y a quelques années ne dépaysera donc pas des rythmes universels et du message communautaire habituel, mais il faut avouer que c’est le Reggae qui passe le mieux dans les rues du quartier, assez cool pour calmer les esprits un peu rebels, et assez rebel pour intéresser toute un peuple ! L’accordéon de René Lacaille sera la grande originalité de ce programme auquel tout un quartier (que vous pourrez visiter à dos d’âne) participe, et où des « groupes locaux en devenir » seront récompensés, comme Kaballah, ou RIT (l’homme orchestre que l’on avait croisé sur la scène du Massilila Sound system avec Papet J à la Seyne sur mer). En guise d’hommage, le ramage de Jo Corbeau nous dévoilera les titres de son nouvel album « Jardin paradoxal » dont le sortie imminente plane sur la ville... Mais il nous rappellera surtout ce qu’était au départ ce mouvement reggae festif et revendicateur (avec Massilia Dub et le fanzine Vé) dans ce même lieu, et saura mieux que quiconque faire décoller cette fête de la musique, et enterrer la fin d’un Solstice sur le coup de minuit…
Avec Accoules Sax, la Caravane Passe, Tom, Sanabel, Lavach, Rit, Kabbalah, Jo Corbeau, Macka B, en plein air et gratuit.


2°) Un écrin de rêves

La commune d’Ollioules peut être fière de son Théâtre. Une fréquence régulière de spectacles de qualité et un geste envers son public (un prix de place raisonnable) reflète sa volonté d’accord social et de mouvance humaniste. Le métissage musical en est empreint jusque dans les derniers concerts proposés, de l’Orchestre national de Barbès aux américains néo-hippies de Groundation, qui reviendront dans l’amphithéâtre de Chateauvallon après un premier grand succès en Février 2007. Même si leur culture musicale est parfaitement maîtrisée entre la Jamaïque et les influences Soul et Jazz, ce Reggae Roots sur la terre de l’Oncle Sam ne perce qu’en Europe, et en France où leur nouveau cd est très attendu… Ayant cherché un nouveau souffle, ils ont ajouté des chœurs féminins à leur arc, le chanteur ne voulant pas être mis en avant dans la carrière de ce groupe unique et tout à fait original dans leur style… Richard Bona viendra lui aussi pour une unique date dans la Région, avec un set live où il a mis toute sa sueur et son talent. Naviguant entre l’Inde et Nashville pour parfaire son nouvel album, il reviendra (accompagné de Richard Galliano) à la Roque d’Anthéron, dans un mois pile. On aimerait bien que ces artistes puissent élire domicile ici ! C’est un peu ce que Chateauvallon proposera à l’association Togezer du 21 juin au 27 juin : Cinq concerts pédagogiques autour de la création Egyptian Project seront donnés avant un final (gratuit) à Sainte Musse (Toulon). La rencontre de la tradition égyptienne (dans le chant et les pecus) et de l’électro (avec de grands talents ayant évolué dans Mei Tei Sho, Lo Jo, et surtout le spectacle Mozart L’Egyptien) devraient nous fournir un final idéal en attendant impatiemment la saison musicale prochaine.
Chateauvallon, Du 20 au 27 Juin 2009, infos pour Egyptian Project : 04 94 20 06 37
http://www.chateauvallon.com/reservation/

3°) Un rendez-vous à l’Africaine.

Pendant deux soirées (les 26 et 27 Juin) et dans deux lieux distincts, ce toujours trop court festival accueillera l’Afrique aux portes de Marseille, et ouvrira notre regard (avec une expo photo de Bill Akwa Bétoté qui témoigne de moments précieux avec des grands musiciens, lui qui était là dans tous les rendez-vous importants à Paris, de Tam-Tam pour l’Ethiopie au mouvement sans papiers, captant Salif Keita, Mory Kanté ou Féla…) mais aussi nos sens et nos oreilles... En invitant Ray Léma et Oumar Kouyaté à la Cité de la musique, on aurait pu (ou du) s’attendre à la fusion des deux éléments, mais ce sera finalement en solo que la Kora et la Piano se feront chacune entendre. Un recueillement utile avant d’ouvrir le lendemain le village festif à la Friche de la Belle de Mai : Fallou le vétéran de Bami Village présentera son nouveau projet avec une pianiste de formation classique, alors que Toko Blaze nous revient avec un nouveau cd « Urban Culture » tout comme les « non rappeurs » pro hip-hop de la Méthode qui ont fait mouche avec leur premier street album, présenté à l’Affranchi il y a peu (avec de nombreux guests et une battle improvisée et réussie de K-méléon). Ces trois groupes possèdent chacun la même approche, celle de ne justement pas trop approcher de près leur style, et de savoir surprendre à chaque prestation. Personne ne voudra donc rater ce rendez-vous avec le public marseillais, une trop rare occasion de faire la fête, là où les cultures du monde savent s’enrichir, se connecter et se respecter, sans idée préconçue ! Parmi eux, une découverte qui allie la force du Blues, la finesse du Jazz avec le Groove Reggae, Bil Aka Kora !
Avec Chiwoniso, Bill Aka Kora, Saiko Nata, Ray Léma, Toko Blaze et la Methode…
http://www.africafete.com/

4°) L’ivresse dans les vignobles.

Un bon plan cet été, en retrait de toute démagogie, avec un festival intimiste et une programmation d’exception, cela existe encore ? Les artistes et maisons de production semblent comprendre aujourd’hui dans quelle approche le Mas se veut convivial pour les artistes et son public, limité à 660 personnes. Tel est la destinée de cette maison familiale, loin de tout (et pourtant qu’à une heure de Marseille), et des objectifs de ce festival sans réel volonté de profit mais avec l’unique désir de faire vivre en ce lieu des instants uniques (22 rendez-vous jusqu’au 15 Aout cette année) : Vous avez déjà raté Grégoire, Bonga & Guem, qu’apparaît au programme Grace, Pep’s et Cocoon, sans oublier (et ce n’est pas un hasard) une artiste en plein buzz, Izia : Son père Jacques Higelin a été un des premiers à avoir repéré les lieux et est même revenu l’année dernière en résidence pour y créer live les première notes de son nouvel album… Ambiance aussi chaleureuse lors de soirées dancefloor, ils ont chaque année la bonne idée d’y amener aussi le feeling reggae, à la sauce Roots ou Dancehall : Les Congos ou Collie Buddz y participent cette année, et ce sera forcément deux concerts d’anthologie, aussi rares que leur prestation respective sur les plateaux des festivals estivaux (on imagine facilement dans ce cadre la « banane » de Cedric Myton, et les répétitions autour de la piscine avec ce chanteur des bermudes à découvrir !). A ce train là, on va forcément y prendre goût et regretter amèrement de ne pas avoir été là les éditions précédentes !
Avec Les Hurlements de Léo, Maniacx, Emily Loiseau, Plume, les artistes cités, deux soirées Reggae les 08 Juillet et 08 Aout) mais aussi les soirées DJ de Secret Garden, et même de la Comédia dell Arte !
http://www.lemas-concert.com/

5°) Une encre qui s’accroche aux branches…

Sans aucun soutien financier, l’Association Margose Festival revient nous rafraîchir la mémoire, et éveiller notre culture à la pensée antillaise. En filigrane de Africa fête et des commémorations récentes autour de l’esclavage, une dernière escale sera proposée autour des textes d’Aimé Césaire et de Mamadou Konté par Christian Ortole qui sort les rames et jette l’encre de ces « résistances poétiques à l’esclavage ». Depuis le 29 Mai, aux Studios Decannis, au sein de l’Espace Aimé Césaire qu’il a créé en début d’année, et après des projections cinés, des lectures et un tremplin récompensant les meilleurs moussaillons, les textes du plus grand promoteur de la musique africaine résonneront grâce à l’équipe On a slamé sur la Lune et son talentueux capitaine Alexandre (vu au Djamel Comedy Club), puis la franco-italienne (de Marseille !) Tangora mettra sa sublime voix au service du piano de Mario Canonge pour une relecture des textes du plus fameux poète des Antilles françaises. Un double hommage po-éthique les 20 et 26 Juin, signant avec audace une course en solitaire dans les eaux troubles des festivals de Marseille…
http://www.margose-festival.com/

6°) Un visa pour la France

Les festivals sont aussi l’occasion de découvrir des endroits peu habituels. La Roque d’Anthéron (haut lieu des concerts de Musique Classique) dans la commune de Saint Martin de Crau accueille aussi « les tribus jeunes » deux soirs et sur deux scènes, les 10 et 11 Juillet prochain. Les aulnes rouges programment uniquement de la chanson française, mais la moins franchouillarde possible, avec cette année l’homme orchestre en boucle Siméo, les Doigts de l’Homme et leur doigté à la Django, et les routards bretons très énergiques Merzhin. Leurs aînés grenoblois Sinsemillia clôtureront ce rendez-vous en Reggae, en donnant tout le bonheur du monde (le chanteur Mike a été parrain d’une précédente édition) à un public demandeur de ce genre de scène dans la région, mais aussi à toute la structure de bénévoles qui se démènent pour qu’elles existent…
Avec aussi Lithium, Kaktus Groove Band, Tabarnak,…
http://lesaulnesrouges.fr/

7°) Plus au sud, tu meurs !

Sur ce Delta Arlésien, la route vers le Sud a été tracée depuis 1996, une routine qui déroule chaque année une manifestation forcément réussie. Au cœur de l’été (du 13 au 19 Juillet) toute une ville résonne de multiples festivités, théâtre, cinéma, stages et spectacles de rue, mais surtout les concerts. La scène underground de Bombay défile à coté des rythmes ancestraux népalais, on s’organise une petite rando’avec le Cor de la Plana après avoir rencontré la famille Chemirani, et l’on suivra au choix les échos bretons, la plainte malgache, ou les pas du Tango nouvelle génération. Les têtes d’affiche sans surprise combleront les amateurs de Cesaria Evora ou Khaled, et pour la découverte, Rodriguo y Gabriela mettront le feu à leurs guitares, avis aux mélomanes ! On regrette l’absence d’un bénévolat motivé et une réelle (d)ébauche d’énergie, mais la cité antique défend son patrimoine, sa place de haut lieu touristique, et son image, vu son ambition affiché pour les évènement de 2013 : Alors, profitons-en ! De l'autre coté de Massilia, coté gauche, si l'on regarde la mer(!), on retrouve une organisation moins ficelée, une grande fête dans la région de Roquebrussane, avec le Festival de Néoules, qui dure trois jours, du 23 au 25 Juillet. Entouré par Ceux qui marchent debout (idéal de les voir dans ces conditions !) et Anis, Horace Andy et Johnny Clarke reviennent nous voir ensemble avec leur groupe anglais Dub Asante Band, le 24 Juillet : C'était dejà excellent il y a quelques années à Toulon, mais là en extérieur, il ne faut pas les rater une nouvelle fois...
A Arles, avec aussi : Rajery Solo, Yom, Kamel El Harrachi, Speed Caravan, Melingo et Juliette ...
http://www.suds-arles.com/
A Néoules, avec aussi DJ Shöne Connerie (!), Voodoo skank, Jumping Lion sound system...

POUR TOUS CEUX QUIVEULENT POUSSER UN PEU PLUS LOIN LEUR TRIP, RENDEZ-VOUS A COLOGNE LES 03 04 05 JUILLET PROCHAIN, POUR UN LINE - UP ENCORE UNE FOIS COMPLET ET PARFAIT ! QUE DU BON!