jeudi 25 juin 2009

Nos anti-stars locales

Si d’aucuns se défendent ici de ne pas regarder le Mardi soir le Prime de M6, il faut bien reconnaître que les récents gagnants de « la nouvelle star » n’ont rien à voir avec le glamour habituel…Et si l’on continue à donner du rouge à l’émission, pour son manque de création, ses couacs, et le mal qu’elle a de proposer un répertoire non calibré F.M, on a pu voir chez Soan un rapprochement (qui me sera à coup sûr sévèrement réprimé) avec un VRAI artiste d’ici, que l’on connaît bien, et à qui l’on met du vert depuis longtemps… Pas le même look bien sur, mais avec une prestance et une fragilité qui se rapproche jusque dans le timbre de sa voix, Elvas possède bien des qualités que pourraient relever un tel jury. Même si la comparaison s’arrête là, ce chanteur a bien des cordes à son arc, avec son groupe de fado ou les Sons of Gaïa, son entité la plus roots ! Dans ce troisième album le plus mature, ils se défient des critiques, des votes ou de l’Audimat et assurent un reggae qui n’a plus son pareil en Jamaïque. Mettons aussi du jaune pour réunir les trois couleurs en critiquant une pochette un peu anonyme, et des textes toujours assez simplistes. Ne se détournant pas du problème, ces chroniques osent s’inspirer de la Bible, citent John Keats, rendent hommage à Yitzhak Rabin et invitent le tchatcheur émérite Jo corbeau pour une oraison directe et sans faille… Frappant leurs idéaux sur la peau de leur nyabinghi, ces fils de la Terre restent indépendants sans s’isoler du monde, dans une souplesse et un recueillement qui conviendrait bien à cette graine de stars, beaucoup trop éclairée pour illuminer leur propre carrière…