samedi 6 décembre 2008

PRESCRIPTIONS D'ANTAN

IL Y A DIX ANS, LA PRESCRIPTION DU DOCTEUR



Steve Barrow nous l’a encore répété lors de sa visite à Marseille, le label Blood and fire est le SEUL à prendre soin du son de l’époque dans toutes les galettes qu’ils confectionnent. Mais ce ne sont pas les seuls à rééditer les perles rares des studios jamaïcains, sorti depuis plus de 15 ans en 45 Tours, pour le marché local : Pressure Sounds suit le pas en ressortant des archives de chez Randy’s: Son proprio, Clive Chin, a participé à l’envol du reggae, ouvrant son studio au 17 de la place de Downtown Kingston, (Parade) en 1969. A cette époque, peu de studios étaient vacants, WIRL, Federal, Studio One, et la JBC nationale saturant de boulot. Aidé par l’éclosion de ce nouveau ryhtme dès la fin des années 60, chacun voulut l’enregistrer à sa façon, et Randy’s hébergea rapidement Dennis Brown, Gregory Isaacs, et de nombreux autres futurs talents. Plus tard, Hugh Masekala, Quincy Jones ou Joe Cocker (pour l’album Stingray) frappèrent à sa porte. Servant de relais avec les studios plus établis, (Randy’s n’avait pas de back-up attitré, même si le Soul Syndicate et Skin Flesh and Bones tournaient beaucoup pour lui), le studio dut fermer ses portes en 78, mais le magasin de disques attenant tiendra le coup. Clive Chin partit aux Etats-Unis pour finalement se retrouver dans la distribution, en créant le label VP avec sa famille. La suite, on la connaît… Le studio n’a pas été reconstruit à New York, et ces vieilles bandes sont donc un rare témoignage résumant le talent de tous ceux qui défilaient alors sur Parade. Toutes les selections ont été choisies avec minutie, et même si le texte (en Anglais) du livret ne nous renseigne peu, on a à faire à des connaisseurs : Brodway, Sweeni, Crutchies, Senya sont inconnus, et ce sont Black Uhuru (qui ont aussi débuté chez Clive Chin), Lloyd Parks, les Gladiators, ou Dennis Brown, qui nous servent les meilleurs inédits. Ce qui en ressort, c’est que le soin apporté au son n’était alors pas encore indispensable dans ces productions, les voix et les mélodies suffisant à mettre en valeur le morceau. C’est peut-être cette raison qui a poussé le label à sortir un tel disque, laissant à Blood and Fire le soin d’explorer la face plus Dub du Reggae… Ne pensez donc pas retrouver le même son que les grands classiques des groupes cités ici, car dans ce cd, on vante leurs débuts, leurs racines. Un peu comme pour ces coffrets récement mis en avant des enregistrements de Bob Marley pour Danny sims, chez Dynamic, ou même Randy’s. La crème, quoi !

RANDY’S : 17th NORTH PARADE (Pressure Sounds)

PS DIX ANS APRES : C'est V.P eux-mêmes qui s'occupent désormais de la ré-édition des morceaux enregistrés au studio RANDY's, un label lui est même entièrement dédié, et une double compilation voit le jour aujourd'hui...