vendredi 12 décembre 2008

Petit conte de Noël au soleil

Il était une fois deux acolytes musiciens, l’un grand, l’autre plus petit, qui allaient mener de front un rêve fou. Ces graines d’artistes ont même été en première page d’un quotidien local, tant leur bon esprit a su se greffer avec la malice des autochtones… Déjà embarqués dans 10 ans de concerts avec leurs potes Sons of Gaïa, Ras Poletti, ou Gang Jah Mind, ils ont aussi entraîné dans leur sillage Aubagne, le temps des fêtes annuelles de la Paix, organisé par la ville avec la MJC de Pin Vert et le Kabba Roots sound-system. La vie dans les vignes provençales n’est pas celle de Rockfort à Kingston, mais grâce à des connections efficaces, Al et Mehdi ont échangé leurs adresses et retrouvé le goût de leurs racines musicales. De 2004 à cette année, ils rapportaient à chacun de leur voyage ce rêve de faire tourner ces anciennes stars ici. Confrontés à une dure réalité, la désertification de musiciens dans les studios au profit des machines, ils se sont retroussés les manches, en tournant avec Putus & Fuzzy, le regretté Eloquent, puis Ras Shiloh et Linval Thompson, ou Assassin et Johnny Clarke.


(Sur la photo, prise à Aubagne, les riddims twins méridionaux sont sur la dernière marche, tout en haut...

Un matin de janvier 2007, un appel de DJ Sunshine de la radio Irie F.M leur asséna un coup de bambou fatal : Ils étaient fortement désireux de produire un de leurs intrumentaux, le DST riddim, et d’y faire venir toute la hype dancehall y poser leurs voix. C’est de cette façon que le reggae se vend en Jamaïque depuis plus de vingt ans, et ce coup fut leur première bouffée de succès, aux cotés de Junior Kelly, I Wayne, Fatan Mojah, et surtout Morgan Heritage (le titre « Headline » dans leur dernier album). Mais leur ambition n’est pas restée sur le coin d’un cendrier, et toutes ces voix d’or de l’age du roots qui s’étaient tues depuis l’arrivée du ragga étaient en attente de musiciens de ce rang pour reprendre le chemin des studios. Un cadeau magique pour les deux camps donc, ce « Ghetto living » de Linval thompson, 20 ans tout de même depuis son dernier album sur Island, « Starlight », a été enregistré dans l’antre historique d’Harry J, avec tous les instrumentaux de leur fabrication (et l’ajout de productions de Fattis Burrell). Un instant de « pures bonnes vibes », nostalgique sans être obsolète, et un duo avec Warrior King qui fait déjà parler de lui.

Mais surtout un nom porteur pour cette paire rythmique, le Hand cart Band, tout heureux et nous promettant de faire encore beaucoup d’enfants comme celui-là... X-Ray


IL Y A PRESQUE DIX ANS ... LE DOCTEUR SOUTENAIT ET CHRONIQUAIT DEJA CE GENRE D'ENTREPRISE...

Une chose est sûre : Il ne faut pas rater le premier concert de reggae de la rentrée, le 16 Septembre prochain à l’Espace Julien. Une nouvelle idée de concert, avec une belle brochette de groupes locaux et des guests jamaïcains. Un mouvement massif et positif, qui permet de lier deux pays, deux cultures, et d’entendre enmusique les mots Amour et Respect, déclinés sur tous les tons..


Depuis la folie médiatique qui s’est abattu sur le territoire Français, le reggae n’est pas monté à la tête de nos artistes, mais a plutôt fait murir leur conscience et rapprocher les liens : On sent dans leurs actions la volonté de se rassembler et de progresser : Déjà, en Juin dernier, autour d’une soirée organisé par le MRAP, les groupes locaux invités ont fait enfin « éclater » leur position contre l’intolérance et les inégalités et pour le rassemblement : On a pu par exemple entendre des rencontres inter-groupes (le chanteur des Sons of Gaïa a joué du mélodica avec Gang Jah Mind), et voir une sélection de diapos de chaque coté de la scène, où l’image communiquait parfaitement avec les textes de Miltan Band. On retrouvera d’ailleurs ces mêmes groupes, et d’autres comme Daï Pivo, Malik Fahim ou Supa Kémia, dans de nombreux festivals d’été, se partageant l’affiche sur un pied d’égalité, tout en gardant leur propre idée du reggae et du message rasta.

KINGSTON EN PROVENCE

Et quand des jeunes d’Aubagne décident de partir à la recherche de ce message, ils trouvent sur leur chemin les anciens du groupe Mystic Revelation of Rastafari, qui vont les guider dans la Jamaïque, et jusqu’à leurs racines Africaines. Le Message devient alors Vérité. Et les Jamaïcains découvrent enfin que, très loin de leur île,et très loin de la Mère Afrique, il y a un peuple qui les connaissent, les respectent, et attendent de partager des moments d’Amour en Musique. La Vérité devient alors Réalité, et trois d’entre eux partent à leur tour découvrir la Culture Française, et rencontrer le public reggae Français. Sans aucune barrières de langue,de race, ou de supériorité, et avec leur seule expérience et leur talent, ils ont donc naturellement voulu partager un moment sur le terrain musical, et se sont joint aux Royaltics (groupe de Malik Fahim au Magnetic lab Studio), et le Kabba Roots, formé par la plupart de ces mêmes jeunes aubagnais cités précedemment, et qui répètent de la façon la plus roots qu’il soit dans la campagne, au « Cabanon » :

MYSTIC REVELATION

Il ont en fait rencontré les Mystic Revelation of Rastafari en 97 à Valence, lors de leur première prestation en France (après 25 ans de carrière en Jamaïque), coordonné par Hélène Lee, journaliste et analyste de tout ce mouvement depuis bien longtemps. Depuis ce contact, jouer avec eux et d’autres de la communauté devenait un rève impossible et entêtant. Et là,en quelques jours, ils ont su préparer une solide prestation, rassembler leur courage pour organiser un événement, et dégager de fortes vibrations musicales : C’était à Aubagne, pour un concert gratuit ce premier Septembre. Et l’expérience sera renouvellé à l’Espace Julienle 16 Septembre prochain. Tous ensemble, convaincu que Jah le créateur nous a donné une force, et que cette force réside dans l’Amour et le Respect entre nous, « I and I ». Si vous êtes en quète de Vérité, venez vous rendre compte de la réalité, avec une ferveur que l’on ne rencontre plus trop dans les concerts en ce moment, et ne ratez pas cette nouvelle vague spirituelle. I and I seront là, Rastafari.

IL Y A TRENTE ANS, LINVAL THOMPSON AU NOTTIN HILL CARNIVAL...