lundi 12 mai 2008

Si la Jamaïque n’avait plus enfanté de groupes depuis 20 ans, c’est chose faite aujourd’hui avec les Rootz Underground : Poussés par l’ascension des yankees américains (Morgan Heritage, Groundation, S.O.J.A.) et celle plus proche de Midnite, qu’ils revendiquent d’ailleurs comme source d’inspiration à leurs débuts, ce groupe a tourné pendant plus de six ans sur l’île avant de voir ses efforts récompensés sur disque.

Leur "Movement" est annonciateur d’un retour en force de la musique "Roots organique" que l'on peut enfin ré-entendre chez eux, mais illustre surtout leur unité en tant que groupe, chaque membre apportant une pierre à l’édifice :
"Rootz Underground is a band, not a front man focus. Each member makes his own contribution. A lot of music is now is computer-generated, but we have a personal feel – C’est un groupe, pas un leader mis en avant. Chaque membre y apporte sa propre contribution. Aujourd’hui, la musique est principalement issue des ordinateurs, nous, nous avons un coté plus personnel”.

Même si la guitare éléctrique (dans Corners of my mind par exemple) se fait nettement plus entendre que les percussions, leur genre s’entichant ainsi l’étiquette de « Reggae-rock », ils puisent aussi dans le courant pop (When I go ou Rain), jazz (In my hut) ou dancehall (Time is an illusion) : Cette désarmante facilité dans la réalisation cache un très bon travail de composition. Leur solidité (Special Place), leur tenacité (Hammer), et tout leur talent (Victims of the System) éclatent ici, et ces deux derniers titres se sont déjà hissés aux sommets des charts US avec des superbes vidéos à la clef : Pour sourire au public américain, il fallait jusque là coller à l’image « Bling Bling » du Hip- Hop et proposer des morceaux assez hardcore ou des crossover pas toujours de très bon goût. Les rootz underground ont su se trouver une niche, leur patronyme les cernant tout à fait, avec un z comme pour souligner leur originalité. De circuits des grands hotels de l’île en tournée sur la côte Est ou en Californie, ils ont toujours eu de bons soutiens, comme en témoigne tout au long de ce CD les cuivres de Dean Fraser (sur Farming ou Riverstone), ou l’appui de Bobby Digital et de l’un des musiciens de Chalice, Wayne Armond, en retrait depuis la mort du chanteur du groupe en 1999. Même opportunisme pour les sponsors, car ils ont accepté pour un festival ceux d’un jus de fruit local au moment où la Red Stripe (bière locale) se retirait du sponsoring des concerts... Sur scène, ils se sont fait récemment remarqués avec les enfants de Marley, et certains avertis assurent que le chanteur possède le même charisme que Bob, il se montre en tout cas très demandé dans les festivals et ailleurs, et on l’aurait même vu dans les bras de la nouvelle prodige Etana ! Trève de potins, à l’écoute de cet album, rythmés de petits interludes (dont le plus drole est celui ... en Français !) et de tueries comme Herbsfield, How much longer ou des titres pré-cités, on se hate déjà de les voir par chez nous, où curieusement l’ambition des groupes reggae s’est un peu étiolé depuis quelque temps. Gageons que celà ne va qu’attiser à nouveau cette concurrence, mais avertissons les prétendants nationaux que ceux-là sont bien au dessus du lot. Logique, ils en sont le coeur, l’esprit, et les ultimes représentants. La Jamaïque a enfin un nouveau groupe de Reggae, il était temps !


Lyrics et plus sur leur site :


http://www.rootzunderground.com/

Autres albums conseillés : Soldiers Of Jah Army- SOJA : get wiser (innerloop-nocturne) ou Peace in a time of War + Nuclear bomb (sortie prochaine) / GROUNDATION : Hebron Gate ou Upon the Bridge (young tree-nocturne) / ROOTS TONIC : Meets Bill Laswell (roir) / DUBMATIX : Atomic subsonic (Silencio-nocturne) / FAT FREDDYS DROP : Based on a True Story (kartel) / NOISESHAPER : Rough out there (Echo Beach) / MIDNITE : Ras Mek Peace, Scheme a things (Rastafaria) ou Jah grid (I grade records) / MORGAN HERITAGE : Protect us Jah, Don’t haffi dread (VP) ou leur dernier opus, Mission in progress...